Votre service de chirurgie du pied

1. Principales pathologies prises en charge par le Docteur Stéphane Prové

Hallux valgus

C’est une pathologie fréquente du premier orteil, communément appelée par les patients « oignon ».

Il s’agit d’une déviation plus ou moins réductible du premier orteil qui peut à terme « pousser » les orteils latéraux. Cette déviation s’accompagne d’une inflammation de la face médiale de la tête du premier métatarsien, ce qui occasionne une gêne au chaussage et des douleurs même au repos selon le stade d’évolution.

Les solutions médicales sont efficaces tant que la lésion est minime et que la gêne n’est pas quotidienne, mais ces solutions sont rarement curatives (semelles orthopédiques, orthèses nocturnes, antalgiques, anti inflammatoires, etc…).

Une solution chirurgicale est indiquée en cas de douleurs et/ou de gêne au chaussage quotidiennes. Différentes options sont envisageables. Le Docteur Stéphane Prové pratique majoritairement une chirurgie percutanée (mini invasive à l’aide de mini incisions), non fixée (pas de vis, ni de plaques ou de broches), sous anesthésie locale (sauf contre indication) avec plus ou moins des techniques d’auto-hypnose si besoin. Le principe général est la réalisation d’une ou plusieurs ostéotomies d’un ou plusieurs os de l’avant-pied afin d’obtenir le réalignement du premier rayon du pied. Les suites sont assez simples dans l’immense majorité des cas et surtout très peu douloureuses.

Hallux rigidus

C’est une pathologie assez fréquente, souvent confondue avec l’hallux valgus du fait d’une « bosse » à la base du premier orteil.

Il s’agit d’une arthrose de l’articulation métatarso phalangienne du premier rayon. En fonction du stade de la pathologie des douleurs et un enraidissement de l’articulation peuvent inciter à consulter.

Aux 2 premiers stades radiographiques des solutions médicales peuvent être apportées sans pour autant qu’elles soient curatives (semelles orthopédiques, infiltrations articulaires, etc…).

Les solutions chirurgicales vont d’une décompression articulaire réalisable en percutané (mini invasif) à une arthrodèse de l’articulation métatarso phalangienne (fixation des l’articulation à l’aide d’une plaque en titane avec vis verrouillées) ou une arthroplastie métatarso phalangienne (mise en place d’une prothèse articulaire). Dans tous les cas, les suites opératoires sont simples avec une reprise immédiate de l’appui complet.

Griffe d’orteil (orteil en marteau)

C’est une pathologie très fréquente qui peut être isolée ou associée à une autre pathologie de l’avant-pied, par exemple un hallux valgus ou un avant-pied rond douloureux.

Il s’agit d’une déformation d’un ou plusieurs orteils avec attitude vicieuse (mauvaise position) d’une ou plusieurs articulations d’un ou plusieurs orteils. Généralement, cette déformation entraîne une douleur, voire une blessure au niveau de la face dorsale de l’articulation interphalangienne proximale.

Le traitement médical est réduit à la mise en place de pansements spéciaux adaptés que vous pourrez trouver en pharmacie. Ces pansements diminuent les douleurs et évitent l’irritation cutanée qui découle de la déformation.

Le traitement chirurgical est aisé en percutané (mini invasif). Il consiste généralement en la réalisation d’ostéotomies de réaxation plus ou moins associées à des gestes de section de tendons extenseurs et fléchisseurs en fonction du stade de la pathologie. La reprise de l’appui est immédiate avec une chaussure adaptée.

Quintus varus

C’est une pathologie moins fréquente, assimilée à l’oignon du 5ème rayon du pied, autrement appelée bunionnette.

Il s’agit d’une déformation du 5ème rayon du pied, ce dernier venant en conflit avec le 4ème orteil et générant des douleurs entre ces 2 orteils et une irritation de la peau à la face externe de la base du 5ème orteil. Cette pathologie est souvent responsable d’une forte gêne au chaussage.

Comme pour les griffes d’orteils, le traitement médical consiste en l’achat de pansements adaptés en pharmacie. Les semelles orthopédiques peuvent également être prescrites, mais leur effet bénéfique est limité.

Le traitement chirurgical est simple et consiste en la réalisation d’une ou plusieurs ostéotomies percutanées (mini invasives) visant à réaxer le 5ème rayon du pied et à faire disparaître les douleurs entre les orteils adjacents.

Névrome de Morton

C’est une pathologie courante du randonneur ou des personnes travaillant debout avec des chaussants étroits.

Il s’agit d’un désordre des têtes de métatarsiens latéraux provoquant, dans un premier temps, une bursite sous métatarsienne (irritation des parties molles sur les zones d’appui distales du pied) puis une lésion bénigne d’un nerf sensitif (souvent responsable d’une sensation de brûlure sous le pied ou d’un « caillou » sous le pied).

Des solutions médicales peuvent apporter un soulagement efficace dans un premier temps (chaussants larges, semelles orthopédiques, infiltrations, etc…).

En cas d’échec des mesures médicales, un geste simple chirurgical percutané (mini invasif) consiste à libérer les têtes des 3 métatarsiens médians ainsi que leurs ligaments respectifs afin de neutraliser le désordre métatarsien à l’origine de cette pathologie). Les suites sont assez simples avec une reprise immédiate de l’appui.

Syndrome de la barquette

C’est une pathologie souvent méconnue du premier orteil.

Il s’agit d’une hyper extension permanente du premier orteil occasionnant un conflit de l’ongle du premier orteil avec le chaussant. A terme des douleurs et des lésions de l’ongle peuvent amener à consulter.

Il n’y a pas de solution médicale efficace.

En cas de douleurs et de lésions de l’ongle, une solution chirurgicale simple percutanée (mini invasive) consiste à sectionner, sous anesthésie locale, le tendon extenseur du premier orteil. Les suites opératoires sont simples et permettent une reprise immédiate de l’appui complet.

Arthrose médio tarse

C’est une pathologie souvent responsable d’une bosse du dos du pied, fort invalidante au chaussage. On appelle souvent cette pathologie « tarse bossu ». C’est une arthrose d’une ou plusieurs articulations du médio pied (cunéo naviculaire, calcanéo cuboïdienne, cunéo métatarsienne, etc…).

Le traitement peut comprendre des infiltrations cortisonnées, mais il est souvent chirurgical avec réalisation d’une arthrodèse avec mise en place de matériel interne (il s’agit de réaliser une fusion osseuse entre les différents segments des articulations concernées avec mise en place d’une vis, d’une plaque ou de broches).

L’appui complet peut dans certain cas être repris immédiatement (par exemple suite à une intervention de Lapidus, arthrodèse cunéo métatarsienne), mais il faut souvent prévoir une immobilisation de 21 à 45 jours selon les cas.

Arthrose cheville

Cette pathologie est responsable de douleurs circulaires de la cheville avec souvent un enraidissement en flexion dorsale et/ou plantaire.

Une viscosupplémentation par acide hyaluronique peut être proposée dans les cas débutants.

Cependant, pour les cas sévères, une chirurgie peut être proposée, allant du simple nettoyage articulaire sous arthroscopie à la prothèse de cheville en passant par l’arthrodèse de cheville (fixation définitive de l’articulation). La prothèse de cheville permet une récupération au moins partielle des amplitudes articulaires (tout dépend de l’enraidissement articulaire préopératoire. L’arthrodèse de cheville est souvent proposée en cas de déviation articulaire majeure, mais de par son principe fixera définitivement la cheville dans une position dîtes fonctionnelle (la plupart du temps à angle droit).

Calcification articulaire

C’est une pathologie responsable de conflits articulaires souvent à l’origine de douleurs multi localisées de la cheville. Un bilan IRM ou un scanner avec arthrographie permet d’en confirmer le diagnostic.

Une arthroscopie avec ablation des différents fragments osseux peut être réalisée aisément.

Une mise en décharge de 15 jours est parfois nécessaire, mais dans l’immense majorité des cas la reprise de l’appui est possible.

Instabilité ligamentaire cheville

Elle fait suite à de nombreuses entorses de cheville plus ou moins bien soignées. Elle se présente sous forme de douleurs du plan ligamentaire latéral de la cheville avec souvent une appréhension à la marche sur terrains accidentés.

Dans un premier temps, on peut proposer de la rééducation avec surtout ce que l’on appelle de la proprioception (sorte de « reprogrammation » de la réactivité des muscles autours de la cheville).

Une ligamentoplastie ou une retente ligamentaire peut être proposée en fonction du stade et de la perte fonctionnelle du patient.

Pied plat / Pied creux

Ce n’est une pathologie que quand le patient présente des troubles annexes, par exemple tendinites, ou lésions tendineuses périphériques.

Très longtemps les semelles orthopédiques réalisées chez nos partenaires podologues peuvent être suffisantes.

Parfois une chirurgie est nécessaire, consistant selon les cas en une ostéotomie percutanée du calcaneum, ou une ostéotomie de relèvement de la première colonne, etc…

Tendinite Achille

C’est une pathologie très fréquente chez les sportifs, souvent négligée par le patient lui-même. L’arrêt immédiat du sport est la première mesure à prendre avant même de consulter un professionnel.

Des ondes de choc chez un kinésithérapeute sont souvent suffisantes.

Des infiltrations cortisonées peuvent être nécessaires.

On peut même discuter l’injection de PRP (concentré plaquettaire).

Parfois la chirurgie est justifiée, notamment en cas de pathologie osseuse du calcaneum (maladie de Haglund). Dans ce cas un fraisage percutané de l’excroissance osseuse est envisagé. Un peignage du tendon peut être réalisé ou bien une ablation de calcification intra tendineuse.

Tendinite fibulaire

Il s’agit également d’une pathologie du sportif essentiellement.

Une prise en charge en ville est souvent suffisante, mais l’arrêt du sport est la priorité absolue.

Parfois un nettoyage de la gaine des fibulaires peut être nécessaire.

Instabilité tendon fibulaire

C’est une pathologie souvent confondue avec une tendinite des fibulaires. Il s’agit d’une luxation (mobilisation anormale) des tendons fibulaire au niveau de leur gouttière malléolaire.

En fonction du stade de la pathologie, une infiltration cortisonée peut être proposée, mais souvent une réfection de la sangle des fibulaires au niveau de leur gouttière est nécessaire.

Une immobilisation de 21 à 45 jours est nécessaire en postopératoire.

Syndrome du tunnel tarsien

C’est une pathologie rare responsable de douleurs diverses de l’avant-pied.

Il s’agit d’une compression du nerf tibial postérieur au niveau de son passage dans le tunnel tarsien en arrière de la malléole médiale de la cheville. Le diagnostic précis nécessite souvent un électromyogramme (EMG).

Des infiltrations peuvent être essayées en premier lieu, idéalement sous contrôle échographique.

En cas d’échec des traitements médicaux, un geste de libération à ciel ouvert peut être proposé. Les suites nécessitent une immobilisation de 3 à 6 semaines avant de reprendre l’appui complet.

2. Principaux sites de votre parcours de soins

Le secrétariat

C’est le point de départ de votre parcours de soins. La secrétaire du Docteur Stéphane Prové organise dans les moindres détails votre rendez-vous, y compris les examens paracliniques nécessaires.

Le secrétariat est ouvert du lundi au jeudi de 08:30 à 18:00 et le vendredi de 08:30 à 12:30.

Le bureau de consultation

C’est là que le Docteur Stéphane Prové vous examinera, ce qui correspond à un interrogatoire pour cerner vos doléances, un examen clinique pour orienter le diagnostic, la lecture de vos examens complémentaires.

A l’issue de cette consultation, des examens complémentaires peuvent être nécessaires, mais une indication thérapeutique est souvent possible dès le premier rendez-vous.

Les soins externes

C’est dans cette structure attenante au bloc opératoire que la chirurgie percutanée sous anesthésie locale peut être pratiquée (toute chirurgie sans mise en place de matériel). C’est cette structure qui permet la réalisation d’un circuit court patient avec une prise en charge entrée-sortie d’environ 2 heures.

Le bloc opératoire et la salle de réveil

Il s’agit d’un plateau technique lourd avec la possibilité de prendre en charge tout type d’intervention en veillant à assurer le maximum de sécurité avec des salles opératoire classées ISO5.

Le service de consultations non programmées

Il se situe juste en face du cabinet de consultations du Docteur Stéphane Prové, à gauche du bâtiment d’imagerie médicale.

En cas d’absence du Docteur Stéphane Prové, c’est à cet endroit que vous pourrez consulter un urgentiste et, au besoin un orthopédiste d’astreinte, si vous rencontrez une complication au décours d’une intervention.

Le service d’imagerie médicale

Il se situe juste en face à droite en sortant du cabinet de consultation du Docteur Stéphane Prové. C’est le bâtiment voisin des consultations non programmées.

Le plateau technique récent est complet proposant : radiographie standard, échographie, scanner, IRM.

Le laboratoire d’analyses médicales

Il se situe à gauche de l’accueil de la Polyclinique du Parc.

Le plateau technique récent est complet proposant tous types d’examens sanguins, urinaires et autres.

Les autres spécialités à votre service

La Polyclinique du Parc de Cholet est un plateau technique médico chirurgical permettant la prise en charge de nombreuses pathologies dans les spécialités suivantes :

  • Chirurgie Orthopédique (épaule, coude, poignet, hanche, genou)
  • Chirurgie Viscérale
  • Chirurgie Maxilo Faciale
  • Chirurgie Oto Rhino Laryngologique
  • Chirurgie Ophtalmologique
  • Rhumatologie
  • Anesthésie Réanimation
  • Oncologie
  • Pneumologie
  • Gastro Entérologie
  • Hypnothérapie
  • Endocrinologie
  • Chirurgie Plastique et Reconstructrice
  • Chirurgie Gynécologique et Obstétricale
  • Pédiatrie
  • Médecine Buccale
  • Chirurgie Urologique
  • Neurochirurgie